Archives par auteur Patrick

Gestion du temps : trucs de psychologue

Posted by Patrick on juin 29, 2017  /   Posted in Publications

Gérer son temps : S’organiser pour ne pas se faire organiser !

Gérer son temps de façon efficace peut être payant en efficacité et en satisfaction. Ces quelques pistes pourraient vous aider à cibler comment vous pourriez gagner du temps :

• Développer une vue d’ensemble de tout ce que vous avez à faire, dans une semaine ou un mois.

• Subdiviser les grosses responsabilités en portions plus digestes. Par exemple «remplacer les ordinateurs» devient «définir les besoins informatiques», «faire une recherche sur les équipements disponibles» et «contacter 3 fournisseurs».

• Planifier son horaire en tenant compte des variations de son niveau d’énergie dans une journée. Si on réfléchit mieux le matin, on y met les tâches qui demandent de la réflexion. On considère aussi le rythme du lieu de travail : si les clients appellent surtout le lundi, on réserve cette journée pour traiter leurs demandes.

– On s’organise aussi autour des activités déjà prévues, comme les réunions.
– On se donne toujours un moment, en fin de journée et à la fin de la semaine, pour évaluer et planifier la suite.

• Cibler les priorités. Souvent, nos priorités se perdent parmi les petites urgences du jour; alors, comment garder le cap à travers les feux à éteindre ?

– Comme les urgences ne se programment pas, c’est préférable de prévoir un peu plus de temps pour ses priorités.
– L’autre solution, c’est de réduire nos tâches lorsque possible (ex. : lorsqu’un stagiaire peut nous aider).
– Si pendant une journée on ne sait plus où donner de la tête, on se demande: «Si je devais compléter une seule chose aujourd’hui, qu’est-ce que ce serait?»

• Réduire les interruptions : anecdotes, discussions de cadre de porte, téléphones qui s’éternisent ou courriels pour rire; ces pauses sont parfois salutaires mais, pour faciliter la concentration, on ferme la porte et on cesse de répondre aux courriels ou au téléphone.

• Reprendre le dessus sur les courriels et autre médias. Pour éviter d’y passer trop de temps, on prévoit des moments dans la journée pour consulter ses messages.

• Optimiser le système de classement. L’idée est de manipuler chaque information une seule fois pour : la traiter, la classer ou la jeter. On cherche une manière efficace de ranger et de retrouver ses documents.

• S’assurer d’utiliser un ordre du jour lors des réunions. Pour gagner en efficacité, on doit l’avoir reçu avant pour que chaque participant soit préparé. On aborde des questions qui concernent la plupart des gens présents en débutant par les points les plus importants. Avoir quelqu’un qui anime s’avère aussi utile.

• Prendre efficacement ses décisions. Si on a tendance à tergiverser, on se fixe une date limite pour se prononcer.

• Prendre des pauses. Paradoxalement, pour maintenir une productivité élevée, on doit quitter notre poste de travail de temps en temps. Quand la concentration faiblit ou que notre niveau de stress augmente, on se lève, on fait quelques pas, on s’étire ou on va boire un verre d’eau. Parfois ces quelques minutes deviennent un investissement rentable pour la suite.

• On cesse de procrastiner ! S’il y a des mois que nous voulons classer nos dossiers ou raccourcir nos réunions, on se lance !

Références

https://www.usherbrooke.ca/ca-va/pour-bien-reussir-ma-session/gerer-son-temps-et-ses-priorites

Ces gens qui courent tout le temps. S’organiser pour être moins stressé, par Rita Emmett, Les Éditions de l’Homme, 2009, 200 p.

Adapté d’une chronique de Anick Dresdell, psychologue chez ISO-Santé

Conciliation travail – vie personnelle

Posted by Patrick on mai 24, 2017  /   Posted in Publications

Conciliation travail – vie personnelle : une réflexion pour sa santé mentale

Est-ce que l’on peut être à la fois un employé performant, un parent présent et organisé, un ami disponible, faire du sport, bien manger, etc. sans ressentir de la pression face à nos multiples objectifs ? Peut-on occuper nos différents rôles avec satisfaction ?

Pas toujours!

Voici quelques conseils qui pourront vous donner des pistes de solution !

Cet article provenant d’une chronique d’une psychologue de l’équipe de ISO-Santé vous permettra d’en apprendre davantage à ce sujet.

Ouvrir le journal de mai 2017

Capsulite de l’épaule: physiothérapie

Posted by Patrick on mai 11, 2017  /   Posted in Publications

LA CAPSULITE DE L’ÉPAULE

La capsulite ou Frozen shoulder est une pathologie dans laquelle la personne a de plus en plus de difficulté à bouger l’épaule. Les mouvements sont très douloureux. La capsule de l’épaule est constituée de ligaments qui tiennent l’os du bras à l’épaule. Elle devient trop petite et moins flexible, ce qui empêche de bouger le bras autant qu’à l’habitude. Laissée sans traitement, la capsulite pourra durer jusqu’à 2-3 ans avant de se résorber d’elle-même.

Prévention

Lorsqu’un problème d’épaule nuit à votre fonctionnement au travail, à la maison ou à votre sommeil, consultez! Il arrive que d’autres problèmes d’épaule se changent en capsulite.

Utilisez vos épaules dans la vie de tous les jours. Allez chercher cette assiette dans une étagère plus haute, jouez avec les enfants… Comme on dit en physiothérapie : utilisez-le ou perdez-le. Si vous n’utilisez jamais les derniers degrés de mouvement dans vos épaules, vous risquez de les perdre.

Exercices 

1)      Rotation externe de l’épaule et étirement des pectoraux : mettez vos mains à un cadre de porte et avancez votre corps. Maintenez la position 30 secondes, répétez 3 fois et faites-le 3 à 5 fois par semaine.

2)      Rotation interne de l’épaule : saisissez une serviette et tirer la main du bas à l’aide de la main du haut. Maintenez la position 10 secondes, faites 3 séries de 10 répétitions, 3 à 5 fois par semaine.

3)      Flexion de l’épaule : Soulevez votre pas le plus haut possible à l’aide de l’autre bras. Cet exercice peut être fait en position debout, assis, ou couché sur le dos. Faites 3 séries de 10 répétitions, 3 à 5 fois par semaine.

Si vous avez une condition différente à l’épaule, ces exercices pourraient ne pas être adaptés à vous et pourraient même vous blesser. Si vous essayez ces exercices et qu’ils provoquent une augmentation de vos douleurs ou de vos incapacités, consultez un professionnel de la santé qui pourra vous évaluer et déterminer quels sont les exercices dont vous avez besoin.

Cet article a été écrit par : Laurence Théorêt, Physiothérapeute en entreprise pour ISO-Santé.

Entorse : récupération optimale et exercices

Posted by Patrick on mars 10, 2017  /   Posted in Publications

ENTORSE : RÉCUPÉRATION OPTIMALE ET EXERCICES

Vous marchez sur le trottoir, glissez sur une plaque de glace et tordez votre cheville. Ça fait mal, ça enfle et il y a peut-être une ecchymose qui fait son apparition du côté interne ou externe de votre cheville. Vous avez probablement une entorse de cheville. Que faire maintenant ?

Selon les statistiques de la CNESST (Statistiques sur les lésions attribuables aux TMS en milieu de travail 2012-2015), l’entorse, foulure, déchirure est la nature de la lésion la plus fréquente pour les dossiers TMS en 2015 avec 18 073 cas. Cette nature est de type TMS dans 58,1 % des dossiers ouverts et acceptés en 2015.

Apprenez le principe GREC expliqué dans cet article, il pourra vous être très utile!

Cet article rédigé par l’une des spécialistes en physiothérapie de l’équipe de ISO-Santé vous permettra d’en apprendre davantage à ce sujet.

Ouvrir le journal de mars 2017

ANALYSE ERGONOMIQUE ET TMS MÉTHODE QEC

Posted by Patrick on février 13, 2017  /   Posted in Publications

ANALYSE ERGONOMIQUE ET TMS MÉTHODE QEC

La méthode QEC est d’une simplicité et d’une efficacité intéressantes. Elle permet d’identifier les risques et de prévenir les TMS (troubles musculo-squelettiques). La méthode QEC a été spécialement conçue pour être appliquée par les employeurs, en collaboration avec les travailleurs.

La méthode est conçue pour aider les milieux de travail à prendre en charge la prévention des TMS. Les niveaux de risque qui y sont proposés le sont à titre indicatif et n’ont pas été établis par règlement.

Cette méthode permet d’évaluer si, en accomplissant ses tâches, un travailleur est exposé à des risques de TMS aux parties du corps les plus souvent affectées : les mains, les poignets, les coudes, les épaules, le cou et le dos.

Cet article rédigé par l’un des spécialistes en ergonomie de l’équipe de ISO-Santé vous permettra d’en apprendre davantage à ce sujet.

Ouvrir le journal de février 2017

Santé mentale et activité physique: avis de psychologue

Posted by Patrick on janvier 06, 2017  /   Posted in Publications

BOUGEZ POUR VOTRE SANTÉ PSYCHOLOGIQUE

Au plan de la santé physique, les impacts négatifs de la sédentarité sont généralement bien connus par la population générale. En effet, pour contrer l’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité ou le cancer du côlon par exemple, l’importance d’adopter une bonne hygiène de vie, dont l’activité physique quotidienne, fait souvent l’objet d’une grande promotion.

Mais quel impact a l’activité physique au plan de la santé mentale?

Cet article rédigé par l’un des psychologues de l’équipe de ISO-Santé vous permettra d’en apprendre davantage à ce sujet.

Ouvrir le journal de janvier 2017

Fasciite plantaire : conseils et exercices

Posted by Patrick on janvier 06, 2017  /   Posted in Publications

Souffrez-vous d’une douleur sous le pied ou au talon?

Il est possible qu’il s’agisse d’une fasciite plantaire, particulièrement si vous être un coureur, un danseur ou une personne qui travaille debout durant de longues heures. La fasciite plantaire a un patron de douleur bien particulier : les patients rapportent une douleur qui est plus prononcée lors des premiers pas le matin, diminue avec l’échauffement, puis ré-augmente graduellement au cours de la journée.

Prévention
1- Support : Premièrement, assurez-vous de porter des chaussures avec support de l’arche et de la cheville adapté à vous besoins.
2- Surfaces : Il est parfois possible de travailler ou de pratiquer un sport sur des surfaces plus molles afin de diminuer la charge au niveau du talon. Sinon, il existe des talonnettes de gel vendu en pharmacie.

Exercices
1- Rouler une bouteille d’eau glacée sous l’arche plantaire afin de réduire la douleur et pour assouplir le fascia plantaire.
2- Étirement des mollets. Maintenez l’étirement pendant 30 secondes et répétez 2 fois.
3- Renforcement des mollets en allant sur la pointe des pieds lentement puis en redescendant tout aussi lentement. Faire 2 séries de 15 répétitions.

Vous problème pourrait être différent avec des besoins différents. Ne vous découragez surtout pas et passez voir votre physiothérapeute au besoin. Il pourra vous proposer une panoplie d’autres solutions.

Cet article a été écrit par : Laurence Théorêt, Physiothérapeute chez ISO-Santé

Références:
– Brukner, P., Khan, K. (2014). Clinical Sports medicine. 3rd edition. Sports medicine series.
– Magee, D. J. (2009). Pathology and Invervention in Musculoskeletal Rehabilitation. Missouri : Saunders Elsevier.
– Martin, R.L., Davenport, T.E., Reischl, S.F., McPoil, T.G., Matheson, J.W., Wukich, D.K., McDonough, C.M. (2014). Heel Pain Plantar Fasciitis : Revision 2014, clinical practice guidelines linked to the international classification of functioning disability and health from the orthopaedic section of the Americam Physical Therapy Association. J Orthop Sports Phys Ther. 2014;44(11)

Ergonomie des outils à main : prévention des TMS

Posted by Patrick on novembre 23, 2016  /   Posted in Publications

ERGONOMIE DES OUTILS À MAIN : PRÉVENTION DES TMS

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont un véritable fléau dans plusieurs milieux de travail. Les travailleurs utilisant des outils à main ont des risques spécifiques selon les tâches et outils. Il est important de les identifier et d’optimiser la situation. Cela permettra un gain en efficacité et surtout en sécurité !

Ce journal vous donnera donc quelques informations de base sur le sujet. Vous verrez des éléments-clés au niveau des risques et de la conception des outils, ainsi que pour le poste, les méthodes et l’organisation du travail.

Ouvrir le journal de novembre 2016

Arthrose ? Arthrite ? Quelle est la différence ?

Posted by Patrick on novembre 23, 2016  /   Posted in Publications

Arthrose ? Arthrite ? Quelle est la différence ?

L’arthrose vient d’une usure du cartilage et des os dans une articulation. Ainsi, plus une personne est âgée, plus elle risque de souffrir d’arthrose. Quant à elle l’arthrite est une inflammation des articulations. Il s’agit d’une maladie où le système immunitaire d’une personne se retourne contre elle-même, une maladie auto-immune. L’arthrite peut survenir même chez de jeunes enfants.
Les personnes souffrant d’arthrose ont évidemment de la douleur aux articulations touchées (souvent les mains, les genoux ou les hanches), mais elles ont aussi plus de difficulté à les bouger, particulièrement dans les premières minutes suivant leur réveil. L’obésité et la sédentarité augmentent les risques de souffrir d’arthrose.

Conseils pour prévenir l’arthrose
1. Bougez !! Il est recommandé de pratiquer des activités cardio au moins 2 à 3 fois 30 minutes par semaine.
2. Consultez rapidement si une activité répétitive vous cause de la douleur « à la longue » ou si vous vous êtes blessé (ex : entorse). On pourra vous conseiller afin de modifier l’activité qui cause votre problème pour que vous puissiez en profiter plus longtemps.
3. Des activités qui demandent de l’équilibre telles le yoga et le thaï chi peuvent aider à protéger vos articulations.

Et pour les personnes qui souffrent déjà d’arthrose ?
1. Bougez, mais en mettant moins de poids sur l’articulation touchée. Par exemple, le vélo ou la natation peuvent être plus adaptés à votre condition que la course.
2. Faites des exercices d’amplitude articulaire et de flexibilité selon l’articulation touchée et selon les recommandations de votre professionnel de la santé.
3. Appliquez de la chaleur sur l’articulation touchée par l’arthrose

Cet article a été écrit par : Laurence Théorêt, Physiothérapeute chez ISO-Santé

Sources :
• Magee, D.J., Zachazewski, J.E., Quillen, W.S. (2009). Pathology and Intervention in Musculoskeletal Rehabilitation. Missouri, US : Sauders Elsevier.
• Boulware, D.W., Heudebert, G.R. (2012). Lippincott’s Primary Care Rheumatology (1st Ed.). Two Commerce Square, 2001 Market Street, Philadelphia, PA 19103 USA : Lippincott Williams & Wilkins.

Quand le stress devient problématique

Posted by Patrick on octobre 05, 2016  /   Posted in Publications

QUAND LE STRESS DEVIENT PROBLÉMATIQUE

Le stress, au sens physiologique, est essentiel à la survie. Une vie sans stress est impossible. En milieu de travail, ce stress permet de performer adéquatement… s’il est bien contrôlé !

Tous les organes fonctionnent sous l’influence des hormones reliées au stress. Il faut comprendre que lorsque l’on parle de stress, on ne parle pas simplement de charges de travail augmentées ou d’obligations familiales, mais bien de tous les événements quotidiens qui mettent notre système en état d’activité.

Mais à quel moment le stress devient-il problématique? Quand consulter?

Consultez l’article ci-joint à ce sujet.

Ouvrir le journal d’octobre 2016

Copyright 2012-2019 ISO-SANTÉ | Tous droits réservés | Web: ionora

Top